Nous avons le bonheur de compter toujours plus de fans de Kurokawa ! Et bien entendu, les fans que vous êtes ont toujours plus de questions à nous poser… C’est pourquoi, afin de vous remercier pour votre fidélité, Grégoire Hellot, notre illustre Directeur de collection, s’est prêté avec plaisir au jeu des questions-réponses.
Vous trouverez ici vos questions et les réponses de Greg reportées dans un classement thématique (eh oui, on bosse bien chez Kurokawa !).

Mais sans plus attendre, laissons parler le Maître !

Greg, sa vie, son œuvre…

• Quelles sont vos œuvres préférés (tant manga que littérature plus « classique ») ?

Je suis complètement accro à l’œuvre de Shalom Auslander et notamment son hilarant roman La lamentation du prépuce (chez 10/18) que je recommande chaudement à toutes les personnes qui ont envie de rigoler un bon coup avec les clichés religieux.

• Étant donnée ton identité secrète et ton rôle de défenseur de la France (« Silver Mousquetaire » dans France Five), éditeur français de mangas japonais, c’est une couverture ou un moyen d’en savoir plus sur les japonais qui ont déja moultes équipes de super sentai ?

Il s’agit d’une opération de financement. En achetant un manga Kurokawa, vous permettez à la Terre de se doter d’équipements de défense ultra sophistiqués plus à même de répondre à toutes les menaces auxquelles nous sommes confrontés chaque jour. Rien que les bottes et gants blancs, ça douille en pressing…

• De toutes les séries que tu as éditées, laquelle est ta préférée (que tu peux lire et relire) ?

Une question à laquelle il m’est très difficile de répondre puisque cela va changer selon mon humeur… en ce moment c’est une série surpuissante que nous sortirons en fin d’année 2014 mais qui n’est pas encore annoncée… patience !

Le Japon & Greg

• Avec quelles maisons d’édition japonaises vous ne pouvez pas travailler (car cette maison d’édition ne veut pas travailler avec vous) et avec lesquelles vous ne voulez pas travailler ?

Pour l’instant nous n’avons pas essuyé de refus, et n’avons aucune intention de nous couper d’une maison particulière. On préfèrera parler d’affinités éditoriales avec tel ou tel éditeur. Des éditions spécialisées dans les mangas moé ou pornographiques, par exemple, seront moins à même de répondre à ce que nous recherchons à publier en France.

• Quel(s) est(sont) votre(vos) magazine(s) de prépublication préféré(s) ?

Personnellement c’est le Sunday qui a ma préférence, car ils essaient vraiment de renouveler le paysage avec de nombreuses nouvelles séries aux genres très divers.

• Content d’être dans le 2e pays le plus gros consommateur de manga au monde ?

Très, car je pense qu’au final notre position entre les US et le Japon fait que l’on a toujours pu profiter au mieux des deux mondes : Comics et Mangas, séries US et animations japonaises. Ne jamais oublier que dans le sandwich, c’est le milieu le meilleur…

Nos séries

• Comment faites-vous pour dénicher les super séries que vous sortez en France ?

Chaque jour, de nombreux cartons de mangas arrivent à la rédaction de Kurokawa, et je les épluche, tout simplement. J’effectue un premier tri visuel et scénaristique, et si une série m’accroche, j’attends quelques chapitres afin de voir si l’histoire décolle et va dans le bon sens. Si c’est le cas, je commence à en parler avec Adeline (assistante édito) et Fabien (directeur artistique) et je leur pitchouille rapidement l’histoire. Si tout le monde tombe d’accord, on fonce !

• Quels sont vos chiffres de ventes ? Par exemple pour des séries comme Nobles Paysans, Silver Spoon ou Ken-ichi ?

Ces œuvres sont très variées, mais voici les chiffres du tome 1 à chaque fois pour te donner une petite idée :

Silver Spoon : 19.000 ex
Nobles Paysans : 4.600 ex
Ken-Ichi S1 : 10.600 ex

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en général plus une série est longue et plus il y a de déperdition sur les tomes suivants. En baissant de quelques pour cent à chaque tome, je vous laisse imaginer ce que ça peut donner sur une série aussi longue que Ken-Ichi. On compte sur votre soutien !

• Peut-on espérer une sortie de l’Artbook 3 de Fullmetal Alchemist ?

Nous sommes en train d’étudier le dossier, car vu le format particulier de ce genre d’ouvrage, il faut parfois avoir recours à une coproduction internationale pour permettre une belle qualité de publication en conservant un prix public abordable, comme cela avait été le cas pour Soul Eater Soul Art. Fullmetal Alchemist reste une des séries emblématiques de Kurokawa, nous sommes bien sûr à l’affût de tout ce qui la concerne mais toujours dans le soucis d’honorer la version originale et la série.

• Concernant le guidebook de Silver Spoon, une parution est-elle envisageable ?

Ce guidebook est lui aussi à l’étude, mais nous ne pouvons donner plus de détails pour l’instant.

• En toute honnêteté, que pensez-vous de Nozokiana ?

Beaucoup de gens me posent la question, que ce soit en convention ou sur les réseaux sociaux : « Pourquoi est-ce que Kurokawa s’est mis à sortir un manga érotique, alors que ce n’était pas du tout dans l’image de la marque ? ».

Pour deux raisons très simples :

- La première était la forme éditoriale de l’œuvre en elle-même. Il faut savoir qu’au Japon, Nozokiana est un manga numérique assez expérimental, vendu au chapitre, et extrêmement populaire. Il s’est vendu environ 40 millions de chapitres en ligne, ce qui est énorme à une époque où les ventes numériques ont du mal à décoller d’une manière générale. La stratégie mise en place autour de ce titre était passionnante à étudier.

- La seconde est qu’au-delà des scènes de sexe, le manga possède une structure narrative en feuilleton particulièrement accrocheuse. De plus, le sexe y est dépeint de manière réaliste et pas dégradante ou vulgaire. C’est ce côté « casual » qui m’a convaincu d’y aller.

D’ailleurs je suis très fier de constater qu’il s’agit du meilleur démarrage d’un manga érotique depuis Step-Up Love Story en France. Bon nombre de librairies érotiques qui ont, jusqu’à présent, refusé leur rayonnages aux mangas se laissent tenter par ce titre. Mais je crois que ce qui me fait le plus plaisir, c’est que cette série est lue (et appréciée) par beaucoup de femmes.

• J’ai lu dans le message de Arakawa-sensei (celui où elle annonçait son accouchement) qu’il y avait un roman de Silver Spoon de prévu. Avez-vous des informations à ce propos (le contenu par exemple) ?

Pas pour l’instant malheureusement…

• Vous avez annoncé la sortie du tome 7 des Petites Fraises, mais allez-vous ressortir les premiers tomes ? Car on ne trouve plus vraiment ces volumes, sauf d’occasion et à des prix plutôt élevés.

Nous sommes en train d’étudier une manière de rendre ces tomes disponibles pour un prix modique, puisqu’il est toujours très cher de réimprimer des ouvrages en petites quantités. Des infos très bientôt !

• Est-ce que vous pensez éditer le fanbook de Magi ?

Ce n’est pas à l’ordre du jour, mais nous y réfléchissons.

• Y aurait-il un moyen d’accélérer le rythme de parution de Magi ?

À part de faire accélérer le rythme de parution au Japon, pas pour l’instant malheureusement. Afin de pouvoir recevoir les fichiers et fabriquer les livres dans de bonnes conditions, il existe malheureusement une période incompressible de plusieurs mois entre la parution japonaise d’un titre et celle de la version française. Il arrive dans des cas exceptionnels comme Pokémon ou Resident Evil que l’on parvienne à sortir avant le Japon, mais ce sont des opérations décidées très longtemps à l’avance.

• Y aura-t-il à chaque fin de saison d’Ippo un énorme temps d’attente et de suspense (comme entre la S3 et la S4) ?

Ce temps d’attente ne dépend pas vraiment de nous mais plutôt de la durée des négociations avec l’auteur de la série pour la continuer dans des conditions qui conviennent à tout le monde. George Morikawa est quelqu’un de très occupé !

• Quel est votre personnage favori dans Ippo ?

Takamura, bien sûr !

• Qu’en est-il des anciens titres Pokémon ? On nous prévoit soi-disant une année riche pour Pokémon mais finalement rien….

L’année n’est pas encore terminée… ;)

Le travail chez Kurokawa

• Comparée à d’autres maisons d’édition, Kurokawa nous fait l’honneur d’avoir vraiment très peu de fautes d’orthographe (en tout cas je n’en vois jamais), comment se passe le travail de traduction, lettrage et relecture (temps moyen, méthode, nombre de personnes, par exemple) ?

En général, nous recevons les fichiers de nos traducteurs sous forme de texte Word ; nous le passons dans un logiciel spécial appelé Prolexis qui parcourt le texte afin d’en repérer les fautes les plus grossières mais aussi les répétitions. Ensuite le texte est mis en page, et il passe devant les yeux de trois personnes différentes dont notre chef correctrice Céline. Pour la majorité des mangas, j’essaie moi-même de les relire au moins une fois voire deux, surtout pour les mangas où la traduction a des spécificités comme par exemple Inazuma Eleven et ses noms français tirés du jeu vidéo, ou encore Magi et ses innombrables mots inspirés de la langue arabe. Je veille aussi à ce que les mangas ne soient jamais trop vulgaires. Faites-en l’expérience, les gros mots, ça passe beaucoup mieux à l’oral qu’à l’écrit dans une bulle.

• Y a-t-il une chance pour que vous preniez des stagiaires dans les années à venir?

On l’espère ! Pour l’instant, on manque de place… et il faudrait aussi qu’on puisse bien s’en occuper, un stagiaire est là surtout pour apprendre le métier.

La vente en ligne/Le numérique

• Que pensez-vous des tomes vendus entre 40 € et 70 € l’unité (sur les sites de vente en ligne par exemple) lorsque ces séries ne sont plus réimprimées ? Avez-vous des solutions à cela ?

Tout dépend des cas de figures. S’il s’agit de titres dont l’éditeur n’a plus les droits, comme les vieux Candy d’il y a 20 ans ou les tomes de J’ai Lu, il n’y a rien à faire car le manga n’appartient plus à personne en France. Même si les fichiers d’impression existaient encore, il faudrait d’abord négocier avec les ayants droits et aussi avec le traducteur, à qui appartiennent les droits de la version française. Et pour ce faire, il faudrait être sûr que ça intéresserait suffisamment de monde pour valoir le coup…

S’il s’agit de titres édités par un éditeur encore existant et qui possède encore les droits de ces mangas, c’est soit dû à une mauvaise gestion de stock, une erreur (ça peut arriver) ou tout simplement une série qui a connu un échec et qui coûterait trop cher à réimprimer.

L’impression numérique, qui est en train d’arriver en France, propose des solutions assez peu onéreuses pour des petits tirages à moins de 500 exemplaires, mais pour l’instant ça reste relativement cher. Car oui, il faut savoir que plus vous imprimez, moins vous payez, sinon on pourrait régulièrement refaire des micro-tirages de 50 ou 100 exemplaires. Si vous voulez voir une série réimprimée, la solution est de harceler votre libraire, qui va à son tour harceler nos équipes commerciales pour qu’elles viennent me harceler.

C’est par exemple grâce à vous que Yotsuba a pu être réimprimé. En effet, la série n’avait pas bien marché, donc nous avions réduit les quantités d’impression en cours de série. Mais le bouche-à-oreille aidant, la série a gagné en popularité… Problème, il y avait des trous dans la collection. Donc, personne ne l’achetait puisqu’il y avait des trous dans la série. Et comme personne ne l’achetait, on ne pouvait pas la réimprimer car les exemplaires nous seraient restés sur les bras…

Heureusement, les libraires se sont mobilisés et, grâce à l’impulsion du service commercial qui s’est engagé à vendre ce que l’on réimprimerait, nous avons pu combler les trous de la série, et en faire un petit succès. Votre voix est donc très importante de ce point de vue là !

• Où vous positionnez-vous par rapport au numérique (propositions, accords, développement de catalogue spécifique…) ?

Nous voulons faire énormément de choses, mais le marché français du numérique est encore minuscule comparé à celui des Etats-Unis où il représente plus de 30% des ventes totales de livres. Les éditeurs japonais donnent donc priorité à ce dernier, ne permettant que très peu de développement aux éditeurs français en général. Nous sommes cependant ravis de  voir que nos efforts portent leurs fruits puisque les chiffres de vente au chapitre de Blood Lad sont très encourageants, et surtout, nous sommes enfin parvenus à sortir notre premier manga numérique sur 3DS : Inazuma Eleven ! Une première mondiale : encore une pour Kurokawa !

Mon opinion est la suivante : si le piratage s’est autant développé, c’est avant tout parce que beaucoup de gens sont équipés ; ils ont donc légitimement envie d’utiliser cet équipement, mais l’offre légale n’étant pas à la hauteur, ils se reportent sur le piratage. (j’ignore ici volontairement les anarchistes à la petite semaine qui refusent de payer quoi que ce soit pour lutter contre le système, je les considère perdus pour la cause).

Il faut donc proposer des mangas numériques de meilleure qualité que les versions pirates, mais surtout peu chers, car le problème aujourd’hui est que le public n’a plus tellement l’habitude de payer. Il faut donc un prix bas pour l’attirer, mais d’un autre coté, contrairement à ce qu’une majorité de gens pensent, un fichier de manga numérique, ce n’est pas un simple copier-coller. Tout comme les teams de scantrad mendient via Paypal pour payer leurs hébergeurs, les éditeurs professionnels doivent payer leurs serveurs, mais aussi les traducteurs, les lettreurs, l’auteur du manga, ainsi que les plateformes comme Apple, Fnac, Nintendo ou Google Play. D’un côté, il y a des clients qui ne veulent pas payer et de l’autre, des prestataires qui ne veulent pas baisser leurs coûts… compliqué, hein ?

Voilà pourquoi nous pensons qu’il est pertinent de vendre au chapitre : cela permet de vendre à des prix très bas (de 0.49 € à 0.99 €) tout en rémunérant correctement toute la chaîne de production.

Manga & Animé

• Est-ce que vous vous concertez avec les acquéreurs d’une licence d’animés pour avoir le même logo sur le manga et sur les coffrets de l’animé ?

Bien sûr, et ce dans les deux sens.

Pour les œuvres dont le manga arrive après comme Inazuma Eleven ou Pokémon, nous utilisons le logo officiel qui nous est fourni par la maison mère.

Pour les œuvres dont le manga est l’origine, il arrive souvent que l’éditeur japonais qui apprécie notre logo nous demande s’il est possible pour l’éditeur vidéo de reprendre notre logo. Par exemple, le logo créé par Fabien pour Magi a été repris pour le dvd français, mais aussi pour les éditions allemandes vidéo et papier de la série. C’est aussi le cas pour Nozokiana ou Blood Lad.

Japan Expo

• Cher Silver Mousquetaire, pour Japan Expo, qu’avez-vous prévu ? Peut-on espérer la venue d’un auteur ?

Eh bien non malheureusement. Mais nous vous préparons, comme d’habitude, une tonne de petits cadeaux !

• George Morikawa, un jour à Japan Expo, c’est réalisable?

Il faut savoir que pour un auteur à parution hebdomadaire comme lui, il est quasiment impossible de manquer un épisode pour venir à l’étranger. Le seul auteur à parution hebdomadaire que nous avons réussi à inviter fut celui de Ken-Ichi, qui nous a fait l’honneur de passer une semaine en Suisse à Polymanga.

De futures séries ?

• Peut-on espérer un jour voir Genshiken nidaime édité par Kurokawa ?

Malheureusement nous ne possédons plus les droits de Genshiken, nous ne pouvons donc pas reprendre la publication. Au Japon, cette seconde saison poursuit la numérotation de la série originale.

• Que pensez-vous de Nozomi × Kimio (spin-off de Nozokiana) ?

C’est toujours aussi bien dessiné, et destiné à un public qui aime les histoires de manipulation, mais on n’est pas forcément à l’aise avec les scènes de sexe.

• À quand une adaptation de France Five en manga ?

Et bien d’après les haruspices… non je déconne ! En fait, il y en a déjà eu quelques unes, réalisées par des fans ou des amateurs… et vu que France Five est un projet de série amateur, c’est finalement la meilleure chose qui puisse lui arriver !

• Peut-on espérer un recueil de one shots de Hiromu Arakawa (Stray Dogs, Soten no Komori, Shanghaï Yomakikai, RAIDEN-18) ?

S’il existe au Japon, tout est possible ! En revanche, faire une création originale d’histoires courtes venant d’un seul auteur et publiées chez différents éditeurs japonais est des plus difficiles malheureusement.

• Suite au succès rencontré par la série Magi, une sortie du spin-off Sinbad no Bounken est-elle envisageable ?

Tout est possible avec ce vieux renard de Sindbad.

• Allez-vous sortir la suite de Pichi Pichi Pitch ?

Les 7 tomes disponibles en France représentent malheureusement la totalité de la série disponible au Japon.

• Vous travaillez souvent avec Square Enix. On pourrait avoir Mahoujin Guru Guru en France ? C’est fait par le mec qui a tout appris à Hiromu Arakawa !

Malheureusement, l’humour très particulier de ce manga (que j’ai beaucoup lu à titre personnel) aurait les plus grandes difficultés à traverser nos frontières.

• J’ai lu l’an dernier que Kurokawa se repositionnait sur les titres jeunesses. Doit-on faire une croix sur de nouveaux titres Seinen ?

Se repositionner ne signifie pas abandon, nous avons juste développé une nouvelle offre ! Quelques seinen sympathiques seront annoncés très bientôt, rassurez-vous !

• Avez-vous prévu de nouveaux titres étant donné le nombre de vos séries qui vont se terminer (propositions : Akame Ga Kill, Cuticle Tantei Inaba…) ?

La plus grosse surprise de l’année n’a pas encore été annoncée, mais cela ne saurait tarder… La seconde moitié de l’année 2014 connaîtra aussi son lot de nouveautés Kurokawa, pas d’inquiétudes à avoir. Comme vous le savez, nous sommes l’un des éditeurs qui produit le moins de titres du marché. Nous attendons donc qu’une série se termine pour qu’une autre prenne sa place… c’est le cercle de la vie~♪

Saint Seiya Saintia Sho, c’est pour quand ? Et Shadow Skill ?

As-tu déjà ressenti la cosmo-énergie ?

• Après Le Prince des ténèbres et Waltz, Vanilla Fiction sera-t-il édité par vos soins ?

• Des projets pour le manga français chez Kurokawa ? Après Pika, Ankama, Kana, Ki-oon… peut-être y a-t-il une idée à exploiter ?

Pour l’instant, rien n’est prévu de ce coté-là pour ces deux questions.

– Fin -

Voilà, nous espérons que toutes ces réponses vous ont apporté de l’espoir, du réconfort… et, comme toujours, l’envie de continuer à nous lire. À bientôt pour une nouvelle interview !



Comme vous le savez sans doute, nous avons récemment passé une nouvelle étape dans notre vie virtuelle ! En effet, vous êtes désormais plus de 30 000 fans à nous suivre sur notre page Facebook, et plus de 5 000 abonnés à suivre notre compte Twitter. Vous êtes impressionnés ? Pas autant que nous. Et nous vous en sommes extrêmement reconnaissants !

Pour vous remercier d’être toujours plus nombreux à vous intéresser à nos publications (et à les acheter) nous vous proposons un nouveau concours… aux lots exceptionnels !

Du dimanche 13 avril au dimanche 27 avril, profitez de vos vacances (si vous en avez) ou de votre temps libre pour nous envoyer vos fan arts des séries Kurokawa à l’adresse kurokawa.blog@gmail.com ! Les gagnants seront sélectionnés par les membres de l’équipe Kurokawa.

Celui qui créera la plus belle oeuvre gagnera : 1 AN DE MANGAS KUROKAWA ! En effet, il recevra, à partir de mai 2014 et jusqu’en avril 2015 tous les volumes Kurokawa qui paraîtront chaque mois.

Les deuxième et troisième plus beaux fan arts sélectionnés permettront aussi à leurs auteurs de remporter de beaux lots puisqu’ils recevront chacun 1 coffret de 3 DVD Magi – The Labyrinth of Magic(offerts par Kazé).

Enfin les 7 gagnants suivants recevront une cuillère plaquée argent Silver Spoon, La cuillère d’argent !

Pour tenter de gagner l’un de ces cadeaux hors du commun, donnez le meilleur de votre talent ! Attention, il y aura un prix supplémentaire de l’originalité et un prix supplémentaire du mérite qui seront récompensés par des goodies surprises.

Mettez toutes les chances de votre côté, lisez bien les règles de participation ci-dessous. Le non-respect de l’une de ces règles ou plus entraînera irrévocablement la disqualification pour ce concours.

Règles de participation :

  • Un fan art par personne et par foyer
  • Votre fan art doit s’inspirer de l’une des séries au catalogue Kurokawa (crossovers Kurokawa acceptés)
  • Votre fan art peut être une chanson, une vidéo, un dessin, une maquette, une peinture, un cosplay, une sculpture… (liste non exhaustive)
  • Votre fan art doit être signé et comporter le logo Kurokawa (même en tout petit dans un coin)
  • Envoyez votre fan art entre le dimanche 13 avril 00h01 et le dimanche 27 avril minuit à l’adresse kurokawa.blog@gmail.com
  • Lors de votre envoi, pensez à donner dans votre mail vos noms et prénoms ainsi que votre adresse postale officiels (pour que l’on puisse vous envoyer votre lot si vous êtes l’un des gagnants)
  • Concours ouvert en France Métropolitaine et Outre Mer, en Suisse, Belgique, Luxembourg et Canada francophones

Bonne chance à toutes et à tous, et que les meilleurs gagnent !



Le spin-off de Blood Lad, Bloody Brat, débarque enfin !
Attention, ça va saigner…

Si vous aimez la série Blood Lad (en cours – T9 prévu pour le 15 mai), comme de nombreux autres fans, alors ne manquez pas son spin-off Bloody Brat dont la sortie est prévue pour le 12 juin !

Son point fort ? L’humour, l’humour et encore l’humour.
Les obsessions de Staz, la naïveté de Fuyumi, les colères de Liz, le charme manipulateur de Blaz, la nonchalance feinte de Wolf, les intrusions de Bell… Vous vous délecterez des travers de vos héros favoris qui sont ici exploités comme jamais !

Son autre point fort ? Sous formes d’histoires courtes ou en strips de quatre cases, Bloody Brat vous emmènera dans les coulisses méconnues du décor de Blood Lad comme (par exemple) dans celles du Palais des démons. Vous aurez ainsi un nouveau point de vue sur la série principale. Les relations entre les personnages sont passées au crible de la vie quotidienne et réveilleront irrésistiblement votre curiosité !

C’est le mangaka Kanata Yoshino qui prend ici le temps de vous faire rentrer dans le monde des démons créé par Yûki Kodama. Ce dessinateur avait déjà pourvu la série Blood Lad en illustrations. Vous reconnaîtrez donc un trait fidèle à la licence et son esthétique légèrement « Blaz-ée » ne manquera pas de vous convaincre.

Entrez dans l’univers humoristique impitoyable de Bloody Brat, où vivent (presque) incognito vos héros préférés !

Détails pratiques

  • Prix du volume : 7,65 €
  • Date de sortie : 12 juin 2014
  • Éditeur d’origine : Kadokawa Shôten


Planning – avril 2014

10 avril 2014 par Charlotte 1 commentaire »

calendar_icon1.pngCe mois-ci, nous avons plein de gourmandises alléchantes pour vous : Crimson Wolf T1, Wolf Girl & Black Prince T2, Nozokiana T8, Saint Seiya The Lost Canvas – Chronicles T5, Ken-Ichi Saison 2 T4, Je t’aime Suzuki T6, Silver Spoon T6 et Pokémon le film, Genesect et l’éveil de la légende ! Pour une fois que vous pouvez mettre tous vos oeufs dans le même panier… Bonne lecture !

10 avril 2014